À propos

Laboratoire de création audiovisuelle et multimédia. Résidences d'artistes, éditions, événements, organisation du festival ]INTERSTICE[ rencontre des inclassables. Notre projet artistique se définit par des pratiques transversales qui s’articulent entre le monde de l’art, le milieu associatif ou professionnel et l’enseignement. Il emprunte une trajectoire complexe et reflexive sur la création audiovisuelle et multimedia ainsi que les nouveaux modes relationnels et participatifs induits à l’ère des nouvelles technologies. Notre démarche se développe autour de quatre questions qui s’inscrivent dans le contexte de la création contemporaine :

1 - La première question est celle de la maîtrise des outils et de la diffusion des œuvres numériques et interdisciplinaires hors des champs institutionnels. Il ne s’agit pas uniquement d’une rupture revendiquée avec les réseaux dominants et de la notion « d’art total » pronées par les avant-gardes du XXème siècle, mais aussi d’une reflexion sur les bouleversements liés au développement des nouvelles technologies et à la nouvelle expérience du monde qu’elles nous proposent. Si ces bouleversements sont évidents quant aux modes de production, par la contamination de la presque totalité de la sphère des activités humaines, il faut aussi envisager l’évolution des modes de diffusion par la participation du spectateur dont l’interactivité apparait aujourd’hui comme une réalisation concrète.

2 - La question de la création en groupe ou en collectif qui s’impose face à la multiplication des compétences (et leur obsolescence presque immédiate) nécessaires à la réalisation d’œuvres interactives, multi ou hypermédia. Un mode de fonctionnement en réseaux aux connections multilples (communautés interconnectées ou rhizome) qui correspond aussi à la nécessité d’organiser de manière autonome la diffusion d’œuvres virtuelles ou liées aux contingences du temps réel (comme cela est le cas avec les happenings et la performance).

3 - Le nouveau statut de l’image qui modifie la fonction de l’auteur, passeur ou filtre de flux d’images, de sons et de textes issus de la télévision, du web ou des réseaux parallèles. Des flux omniprésents, quasi autonomes, dont les artistes doivent s’emparer pour repenser, dans une perspective critique, les rapports entre art, culture, technologie, science, économomie, politique. Des enjeux qui sont au cœur des relations entre pratiques artistiques, activités professionnelles, partage et transmission des savoirs et dans le changement du rapport de l’artiste à l’œuvre et au public.

4 - La question, au sens large, des mutations liées aux nouvelles technologies : hybridation des médias, transversalité, immatérialité et fluidité des supports, relations auteur - œuvre - spectateur, univers virtuels, nouveaux rapports espaces / temps, globalisation, convergence et contrôle des médias...
De nouveaux schèmes qui nous obligent à repenser sans cesse l’engagement et la place de l’artiste dans la société.

Fermer

Contact

Adresse postale

6, route d'Ifs
14000 Caen — France

Téléphone

33 (0) 682 58 46 28

Fermer

Claire Williams

© claire williams

11/12/13 mai 2016

Claire Williams travaille sur des projets de recherche personnelle et des collaborations avec d’autres artistes, bidouilleurs, hackers, bricoleurs, et associations locales. Elle gravite autour du textile open source, du logiciel libre et du hardware (les éléments matériels du numérique), détourne des machines à tricoter, et conçoit du textile électronique et des histoires sur des techniques textiles analogues.

VOID

© Void

du mardi 26 avril au samedi 14 mai 2016 de 14h à 18h30 sauf jeudi 5 mai

Six parapluies en cascade. Une à une les gouttes d’eau glissent sur eux. Chaque rebond, capté et amplifié par des micro- contacts, émet un bruit de tonnerre sourd qui contraste avec la légèreté visuelle.

Takami Nakamoto & Sébastien Benoits

© Arnaud Desprez

samedi 14 mai 2016 / 21h45

concert 45’

Six mètres de lumières (trente deux barres LED reposant sur des pieds de micro) sont animées par un dispositif mécanique et sonore sophistiqué. Il n’y a pas d’écran mais une explosion de lumières combinées avec de la musique électronique accompagnée d’une batterie.

Robert Henke

samedi 14 mai 2016 / 20h30

Dust explore des textures granuleuses et bruyantes et les mouvements extrêmement lents d’une matière sonore apparemment immobile, constituée d’une myriade de particules microscopiques. Les sources sont les vestiges de processus numériques, des bruits qui deviennent plus bruyants, ou des enregistrements tel le son d’une vague sur une plage d’Australie, un orage énorme, la vapeur d’une machine à café, les craquements d’un vieil enregistrement… Les transformations sonores créent un flux de sons denses et entremêlés, remixés et diffusés dans l’espace, remplissant lentement la salle, parfois à peine audibles, parfois très forts, recouvrant tout le spectre sonore du plus bas à l’ultra-son. Dust est basé sur une écriture d’algorithmes spécifiques pouvant prendre de multiples formes. Dust a été composé en 2011 pour une performance au ZKM Media Theater de Karlsruhe.

Institut Nomade

performance sonore 60’

Rhizomes est un projet radiophonique mensuel d’institut nomade, diffusé sur Radio 666. Le principe repose sur la construction d’un paysage sonore, composé et mixé en direct, en compagnie de contributeurs, de lecteurs, et d’invités dont les voix, les désirs et les questions fondent la trame de cette composition collective.

Mark Lewis

Programme de vidéos 75’

jeudi 12 mai 2016 / 19h

Programme de vidéos 75’

Windfarm, 2001
Algonquin park, september, 2001
Algonquin park, early march, 2002
Harper road, 2003
Brass rail, 2003
Northumberland, 2005
Isoceles, 2007
Smithfield, 2000
Nathan phillips square, 2009
Forte!, 2010
Beirut, 2011
Tiger, 2014
Snow storm at robarts library, 2015

Mark Lewis est un artiste canadien qui vit et travaille à Londres. Ses films et ses travaux d’images numériques animées sont souvent basés sur la représentation d’éléments du quotidien. Ils sont construits en utilisant le vocabulaire et les techniques cinématographiques qui offrent de subtiles allusions à une tradition du cinéma, de la photographie et de la peinture.

Frédéric Le Junter

© thierry laroche

mardi 3 mai 2016 / 22h

Performance sonore 60’

Une performance-installation sur trois tables pleines d’instruments amplifiés et de machines de petites dimensions «faites main». Des choses sont laissées au hasard : les machines génèrent des formes d’hésitation sur les instruments qu’ il organise aussitôt par le mixage ; les masses sonores évoluent sans cesse par les manipulations qu’il effectue ; le public circule, tourne autour des tables où le son est fait en direct.

Amélie Ravalec & Travis Collins

© darren guy

mardi 3 mai 2016 / 19h

documentaire 52’

Industrial Soundtrack For The Urban Decay est le premier documentaire à retracer les origines de la musique industrielle, nous faisant passer des villes industrielles européennes déliquescentes aux prospères avant-gardes américaines. La musique industrielle émerge au milieu des années 70 et produit la bande son idéale et provocante de l’époque, celle des manifestations et piquets de grève dans une ère de crise industrielle, de déclin économique et d’oppression culturelle.

Cie Le Clair Obscur

vendredi 29 avril 2016, 20h et samedi 30 avril 2016, 20h

GøL4M performance /danse/arts numériques 50′

GøL4M pourrait être une forme anthropomorphique vectorisée par ordinateur qui prend vie… Il emprunte à la science-fiction ce prototype, projetant au présent du danseur un état d’être synthétique…

Figure 8

Figure 8 fait partie du collectif caennais La Vitrine regroupant musiciens, plasticiens et DJs qui organisent de nombreuses soirées à la programmation électronique lêchée.

Rotraut Pape

© rotraut pape

Vendredi 13 mai 2016 / 19h

Depuis la chute du mur de Berlin et jusqu’en 2014 l’artiste et réalisatrice Rotraut Pape, a procédé au même rituel : filmer son trajet quotidien le long de ce qui a été le mur. Elle fixe ainsi la mémoire d’une histoire et d’une ville qui depuis 1989 a profondément muté.

GLASS

© anto

mardi 26 avril 2016 / 22h

Entre l’énergie physique de la techno et le pouvoir suggestif de l’ambient, Glass trace un itinéraire personnel dans le paysage électronique français. Sur son premier album, le duo construit un cocon mélodique apaisant et protecteur.

Cod-act

© cod act

mardi 26 avril 2016 / 20h

Nycloïd est une impressionnante sculpture sonore, un tripode géant animé par un dispositif mécanique et sonore sophistiqué. Les artistes l’animent par une chorégraphie hypnotisante dont l’épaisseur dramaturgique se dégage, de façon délicieusement paradoxale, d’une cinétique parfaitement aléatoire.

Herman Kolgen

© herman kolgen

Fruit d’une collaboration avec le GANIL (Grand Accélérateur National d’Ions Lourds) à Caen, Isotopp est la première étape d’une résidence de création qui court jusqu’en 2017. Inspirée par les états d’énergie successifs des rayons gamma et la perte d’énergie de la matière, cette installation est présentée comme une mise en espace préliminaire.

Jeroen Vandesande

Circuit 03 peut être considéré comme un instrument de musique créé par Jeroen Vandesande. Il est le fruit d’une interaction et d’une mise en abyme entre un micro et une enceinte, qui au contact de l’un et de l’autre produisent une boucle sonore sans fin qui se propage à travers de long tubes en verres.

Art of Failure

du mardi 26 avril 2016 au dimanche 15 mai 2016 de 13h à 19h

L’installation vidéo Resonant Architecture réunit sous une forme documentaire et immersive, différentes réalisations menées en Europe au sein d’architectures atypiques depuis 2006.

Jeroen Molenaar, Joris Strijbos & Marco Broeders

© macular

du mardi 26 avril 2016 au samedi 14 mai 2016 tous les jours de 9h30 à 18h

Drifting Patterns est un orgue à vent dans lequel l’énergie cinétique est convertie en pression pneumatique. Cette pression est utilisée pour produire du son dans un jeu d’orgues constitué de cinq sculptures disposées devant la salle des Remparts du château de Caen.

Daan Johan & Joris Strijbos

Todaysart festival

© ed jansen

du mardi 26 avril 2016 au samedi 14 mai 2016 de 15h à 19h

Parsec est une machine cinétique sonore et visuelle. Elle est constituée de seize bras identiques munis chacun de deux lumières à LED et d’un haut-parleur qui créent par rotation un schéma visuel et sonore.

Christoph de Boeck

© christoph de boeck

du mercredi 27 avril 2016 au lundi 16 mai 2016 de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h

Cell est un instrument autonome à la forme imposante, un cylindre ouvert et dimensionné pour qu’une personne puisse y entrer et à travers lequel se matérialise des vagues de sons basse fréquence enregistrés in situ. l offre un espace d’écoute privée et agit comme un point de contact entre l’auditeur et l’architecture.

Julien Poidevin

Normandie impressionniste - Caen - portrait de ville

© Julien Poidevin

Online

Géosonic Mix Normandie Impressionniste propose un portrait de ville sonore. Une architecture invisible faite de zones d’écoute se superpose à la topologie du site, des sons se déclenchent lors du parcours en fonction de la localisation du marcheur équipé d’un smartphone et d’un casque lui permettant de générer sa propre composition sonore urbaine.