À propos

Laboratoire de création audiovisuelle et multimédia. Résidences d'artistes, éditions, événements, organisation du festival ]INTERSTICE[ rencontre des inclassables. Notre projet artistique se définit par des pratiques transversales qui s’articulent entre le monde de l’art, le milieu associatif ou professionnel et l’enseignement. Il emprunte une trajectoire complexe et reflexive sur la création audiovisuelle et multimedia ainsi que les nouveaux modes relationnels et participatifs induits à l’ère des nouvelles technologies. Notre démarche se développe autour de quatre questions qui s’inscrivent dans le contexte de la création contemporaine :

1 - La première question est celle de la maîtrise des outils et de la diffusion des œuvres numériques et interdisciplinaires hors des champs institutionnels. Il ne s’agit pas uniquement d’une rupture revendiquée avec les réseaux dominants et de la notion « d’art total » pronées par les avant-gardes du XXème siècle, mais aussi d’une reflexion sur les bouleversements liés au développement des nouvelles technologies et à la nouvelle expérience du monde qu’elles nous proposent. Si ces bouleversements sont évidents quant aux modes de production, par la contamination de la presque totalité de la sphère des activités humaines, il faut aussi envisager l’évolution des modes de diffusion par la participation du spectateur dont l’interactivité apparait aujourd’hui comme une réalisation concrète.

2 - La question de la création en groupe ou en collectif qui s’impose face à la multiplication des compétences (et leur obsolescence presque immédiate) nécessaires à la réalisation d’œuvres interactives, multi ou hypermédia. Un mode de fonctionnement en réseaux aux connections multilples (communautés interconnectées ou rhizome) qui correspond aussi à la nécessité d’organiser de manière autonome la diffusion d’œuvres virtuelles ou liées aux contingences du temps réel (comme cela est le cas avec les happenings et la performance).

3 - Le nouveau statut de l’image qui modifie la fonction de l’auteur, passeur ou filtre de flux d’images, de sons et de textes issus de la télévision, du web ou des réseaux parallèles. Des flux omniprésents, quasi autonomes, dont les artistes doivent s’emparer pour repenser, dans une perspective critique, les rapports entre art, culture, technologie, science, économomie, politique. Des enjeux qui sont au cœur des relations entre pratiques artistiques, activités professionnelles, partage et transmission des savoirs et dans le changement du rapport de l’artiste à l’œuvre et au public.

4 - La question, au sens large, des mutations liées aux nouvelles technologies : hybridation des médias, transversalité, immatérialité et fluidité des supports, relations auteur - œuvre - spectateur, univers virtuels, nouveaux rapports espaces / temps, globalisation, convergence et contrôle des médias...
De nouveaux schèmes qui nous obligent à repenser sans cesse l’engagement et la place de l’artiste dans la société.

Fermer

Contact

Adresse postale

6, route d'Ifs
14000 Caen — France

Téléphone

33 (0) 682 58 46 28

Fermer

Art of Failure

Resonant Architecture

Du 26 avril au 15 mai 2016

L’installation vidéo Resonant Architecture réunit sous une forme documentaire et immersive, différentes réalisations menées en Europe au sein d’architectures atypiques depuis 2006.

Daan Johan & Joris Strijbos

Parsec

© ed jansen at todaysart festival

Du 26 avril au 14 mai 2016

Parsec est une machine cinétique sonore et visuelle. Elle est constituée de seize bras identiques munis chacun de deux lumières à LED et d’un haut-parleur qui créent par rotation un schéma visuel et sonore.

Jeroen Molenaar, Joris Strijbos & Marco Broeders

Driftings Patterns

Du 26 avril au 14 mai 2016

Drifting Patterns est un orgue à vent dans lequel l’énergie cinétique est convertie en pression pneumatique. Cette pression est utilisée pour produire du son dans un jeu d’orgues constitué de cinq sculptures disposées devant la salle des Remparts du château de Caen.

Myriam Bleau

Autopsy.glass

4 mai 2017

Autopsy.glass est une performance audiovisuelle qui explore le potentiel sonore, visuel et symbolique du verre à pied pour catalyser la tension associée à la destruction anticipée. Par des manipulations en temps réel, de plus en plus violentes, sur des verres amplifiés, l’artiste entretient un suspense musical et lumineux fait de résonances et de débris.

Variable

6 mai 2017

Julien Paci travaille dans des disciplines artistiques variées et collabore étroitement avec le plasticien Jean Lain depuis 2009. Passionné d’expérimentations, il développe un travail sonore depuis 2014 se basant notamment sur le synthétiseur modulaire et ses interactions visuelles. Nicolas Germain se produit sur scène depuis les années 80 sous le nom d’el TiGeR CoMiCs GRoUP. Influencé par la scène punk rock et électronique des années 70, il élabore un langage qui puise sa matière première dans l’histoire de la musique populaire et ses liens avec les arts plastiques. Fin 2016, ils donnent naissance au groupe Variable, réunion autour d’un instrument commun et volonté d’exploration de l’aléatoire et des systèmes génératifs.

Nonotak

jeudi 27 avril 2017

Takami Nakamoto du duo Nonotak (avec Noemi Schipfer) s’est produit en 2016 sur la scène du Klub. Son set explosif lumière/batterie/machine avait séduit et enthousiasmé le public et nous ne voulions pas en rester là.

Jacques Perconte & Jean-Benoît Dunckel

Hypersoleils

© Philippe Colette

jeudi 27 avril 2017

Le musicien Jean-Benoît Dunckel (du groupe AIR) et le réalisateur Jacques Perconte, grand artiste des couleurs et des paysages se sont associés pour nouer un dialogue visuel et sonore hypnotique.

Nonotak

Narcisse v.3

© Stéphane Saint-Martin

Du 27 avril au 7 mai 2017

Narcisse V.3 est une mystérieuse sculpture en mouvement permanent inspirée du mythe grec. Dans la longueur de la galerie de l’école, une série de miroirs carrés ne cesse de s’activer. L’ensemble produit de multiples alternances géométriques et scintillantes, amplifiées par la puissance sonore.

Lab[au]

Signal to noise

© Philippe Colette

Du 27 avril au 7 mai 2017

Signal To Noise est une structure circulaire composée de 512 volets mécaniques à hauteur de vue tels qu’on en trouvait dans les gares et les aéroports.

Félix Luque Sánchez & Damien Gernay

Bois Mort (Partie de Memory Lane)

Carte Blanche à White Circle

Du 27 avril au 14 mai 2017

Les artistes ont scanné la petite forêt située derrière la maison de Iñigo Bilbao dans les Asturies. C’est un bois mort ; les arbres meurent et les branches produisent naturellement des architectures chaotiques. Inspirés par ce paysage, ils ont développé un système d’assemblage simple de cent néons générant des structures complexes. Ces branches électroniques produisent des « comportements » lumineux et le son amplifié trouve sa source dans les champs électromagnétiques des composants électroniques des néons.

Félix Luque Sánchez & Iñigo Bilbao

Memory Lane

Carte blanche à White circle

Du 27 avril au 5 juin 2017

Memory Lane a été nourri des paysages de l’enfance et de l’adolescence des deux artistes dans les Asturies en Espagne. Ces paysages ont été virtuellement et scrupuleusement modélisés.

Pascal Haudressy

Lignes, plans, contrepoids

Carte blanche à White circle

Du 27 avril au 5 juin 2017

Depuis 2005, Pascal Haudressy réalise des sculptures, installations et vidéos qui se caractérisent par leur technicité et l’usage de technologies de pointe et s’inscrivent dans une réflexion sur notre relation à ces technologies.

Children of the Light

Diapositive 2.0

Du 27 avril au 7 mai 2017

Children of the Light (Les enfants de la lumière) réunit à Amsterdam les artistes Christopher Gabriel (Norvège) et Arnout Hulskamp (Pays-Bas). Ensemble, ils cherchent à mystifier le public en créant des installations ou des scénographies jouant avec l’ombre et la lumière.

Jean Vance

Concert

16 mai 2014

A la fois contondant et coton-tige, survêtement et exosquelette, Jean Vance est le genre de crypto-rappeur se nourrissant exclusivement de kératine. Le dessous des canapés convertibles est son domaine de prédilection mais, de temps à autres, au glaire de lune, il s’en va donner des concerts de rrrap à l’autre bout de sa ville natale. Sa prestation à l’Écume des Nuits sera probablement accompagnée de coloriages muraux signés Ronchhon De Golgauthier.

Thibault Jehanne

Bourbon St.

Diffusion vidéo

24 heures à Bourbon Street à la Nouvelle-Orléans. Bourbon St. est réalisé à partir d’une webcam diffusée en direct sur Internet. Portrait d’une rue à travers une fenêtre : fenêtre de l’ordinateur.

Pierre Le Cann

Varia

Diffusion vidéo

Du 13 au 24 mai 2014

 7 individus de tous âges, de toutes nationalités de tous niveaux techniques, dans des contextes différents et à des moments distincts se trouvent réunis dans une parenthèse temporelle autour d’une même partition.

Brou & Jaillette

Futur france

Création vidéo originale

Associer les notions de territoire et de temps, percevoir ce qui est déjà demain, sentir dans la normalité cette « inquiétante étrangeté » qu’est la rupture de la rationnalité rassurante du quotidien à travers une réalisation mélangeant réel et fiction, images et compositions sonores. Le point de départ de ce projet découle de la proposition de Renaud Jaillette du titre Futur France avec cette idée de mettre en scène des situations d’apparence normale mais de fait en décalage avec le réel, produisant un effet prospectif. De cette idée propre à générer de courtes scènes est venue l’envie de développer un projet plus long et ambitieux basé sur des prises de vue urbaines, des mises en scène, des interventions face caméra de témoignages réels ou fictifs et de compositions sonores mixant création et captation, l’ensemble faisant ensuite l’objet d’un traitement total ou partiel spécifique.

Renaud Jaillette

Triptych

Diffusion vidéo

Du 13 au 24 mai 2014

Video Triptych (10’47 / 2013) est un projet qui regroupe trois films musicaux : Dragons, Normandia et Jun. À travers une recherche esthétique, rythmique et scénaristique basée sur le thème de la chaleur, chacune des vidéos se diffère des autres dans le travail d’écriture et les techniques de réalisation.

MLFD

15 mai 2014

MLFD est un duo à la tonalité improbable formé au printemps 2009. Il est composé de Marc Levillain (Alice the Goon, Off the Beaten Track, Trip Fontaine) et Franck Dubois. Chaque session est un risque sonore. Le concept de ce duo expérimental est basé sur l’improvisation, prenant en compte les éléments qui constituent le lieu. Chaque session live ou privée depuis 2009 (27 à ce jour) est enregistrée.

BJ Nilsen

20 mai 2014

BJ Nilsen, né en 1975 est un artiste suédois. Son travail est principalement axé sur le son, la nature et ses effets sur les êtres humains. Ses enregistrements sur le terrain, comme la perception du temps et de l’espace sont souvent traités électroniquement.

Johannes Bergmark

Platform

15 mai 2014

Johannes Bergmark met en scène une sorte de théâtre surréaliste d’objets musicaux. Parmi ses nombreux projets, il joue d’un « méta » instrument, une scène amplifiée qu’il appelle « platform », constituée d’objets trouvés, sélectionnés pour leurs qualités sonores comme des jouets, des objets cassé, des matériaux naturels, des décorations kitsch, des ustensiles et autres outils étranges à la fonction inconnue. Il réside à Stockholm, travaille trés régulièrement à Berlin ou il conduit des ateliers sur les sources sonores « inhabituelles », invente des instruments et cultive son penchant pour la scie musicale, le micro moog ou le Djan Bau vietnamien.

Benjamin Dupré

FANTÔME, UN LÉGER ROULEMENT, ...

ET SUR LA PEAU TENDUE QU’EST NOTRE TYMPAN

Du 14 mai au 17 mai 2014

« Composition musicale pour sons électroacoustiques, instruments mécaniques et objets sonores pilotés, Fantôme, (…) se joue dans un espace immersif, résonant et lumineux, doux et enveloppant, qui place les spectateurs au cœur de la vibration musicale.

David Neaud et Sunyoung Choi

Performance sonore et théâtre d’ombres

mardi 20 mai 2014

Depuis quelques années, David Neaud s’intéresse essentiellement à l’art audio et, plus précisément, aux propriétés physiques et aux instabilités internes des sons avec lesquels il joue. Basé sur une technologie low tech et sur divers objets domestiques, ses dispositifs sonores bricolés sont des sortes de laboratoires de fortune évoquant tables de mixage archaïques et synthétiseurs primitifs. Grâce à ces dispositifs, il capte et piège des vibrations afin de générer un univers fragile — qui n’est pas sans rappeler par moment une certaine illustration sonore des films de science-fiction des années 50-60 — constitué de nappes sonores superposées.

Valentin Durif

Émincé d’oreilles

22 mai 2014

Émincé d’oreilles est à la fois un spectacle et une installation musicale à mi-chemin entre le concert et le théâtre d’objets.

HP Process

Translations

22 mai 2014

Translations est une performance vidéo et sonore sur la vitesse et l’espace-temps, où son et images sont produits en temps réel dans une logique synesthésique et hallucinatoire.

Nicolas Talbot

PIÈCE POUR DISQUES DE BRUITS

À partir de sa collection de disques de bruits et bruitages, Nicolas Talbot propose de créer un espace sonore pour un jardin situé dans le centre ville de Caen.

T.M Project

SYNAPSE

Étape de travail

7 mai 2015

Ça commence par le souvenir d’une installation : The Lightning Field de Walter de Maria, figure du land art. Dans le désert du Nouveau Mexique, 400 poteaux jouent les paratonnerres et bouleversent le paysage d’une manière sidérante par la formation aléatoire d’éclairs lors d’orages. Un coup de foudre pour le chorégraphe et interprète rennais Thierry Micouin, vu entre autres chez Catherine Diverrès, Boris Charmatz et Olivier Dubois.

Martin Messier et Nicolas Bernier

MACHINE VARIATION

Du 28 au 30 avril 2015

MACHINE VARIATION est le plus récent projet commun des compositeurs, performeurs et artistes du numérique québécois Nicolas Bernier et Martin Messier.

Nicky Assmann

Solace

Du 14 au 24 mai 2014

Solace est une installation cinétique qui explore le processus intellectuel et l’activité physique de la vision. à intervalles réguliers, un appareil artisanal crée un écran de savon qui vient s’inscrire dans l’espace. Grâce à un éclairage précis, le mouvement interne du film de savon est révélé, montrant une turbulante chorégraphie de couleurs iridescentes et de mouvements de fluides. La gravité développant lentement son emprise sur la membrane, le spectateur reste fasciné par le phénomène, jusqu’à ce qu’inévitablement le film, fragile, éclate.

Jean Lain

Création originale in situ

Du 13 au 24 mai 2014

Concepteur, créateur et entrepreneur, reflet du statut de l’artiste contemporain qui se doit de multiplier les rôles, Jean Lain explore à travers une multitude d’objets dérivés, les divers protocoles de diffusion et de commercialisation de la création.

Alexandre Joly

Trames

Création originale in situ

Du 13 au 24 mai 2014

Il y a dans les pièces d’Alexandre Joly, un matériau qu’il emploie avec constance, les piézos. De petits haut-parleurs low-tech en forme de pastille qu’il a d’abord trouvés puis récupérés dans des cartes postales d’anniversaire ou dans des cartes musicales puis soudés entre eux, si bien qu’ils constituent un circuit — longiligne, évanescent, doré — de fils, de câbles, de filaments.

Alexandre Joly

Radar Hovering In The Sky

mardi 13 mai 2014

Capteur d’ondes électromagnétiques, moteur, transformateurs, stroboscopes, digital tanpura, taishogoto et objets divers.

Érik Samakh

Création originale In situ

Du 13 au 24 mai 2014

L’œuvre entier d’érik Samakh naît d’un dialogue constant entre l’homme et la nature. Attentif à ses bruits et à ses sons, à ses couleurs comme à ses différents règnes, il agit en arpenteur.

David Letellier

VERSUS

Du 13 au 24 mai 2014

Véritable exercice de communication entre deux sculptures cinétiques en forme de fleur – dont les corolles interagissent justement en fonction des fréquences émises par l’autre – Versus ramène le principe récurrent d’interactivité du spectateur à une logique plus limitative de perturbation du dialogue entre deux machines. Destitué de son pouvoir de contrôle habituel sur ces dernières, l’humain se transforme en élément parasite d’une boucle sonore fermée produite par deux « monstres » autonomes.

David Lettelier

CATEN

Création originale in situ

Du 13 au 24 mai 2013

Caten est une sculpture en lévitation, déterminée par la gravité et guidant l’évolution d’une composition sonore.

Zimoun

259 prepared dc-motors, cardboard boxes 140x35x35cm

Création originale In situ

Du 13 au 24 mai 2014

À l’aide d’éléments simples et fonctionnels, Zimoun construit des dispositifs sonores inspirés de l’architecture. Explorant le rythme et le débit mécanique, répétant de manière obsessionnelle des modules élaborés à partir de matériaux d’usage courant (carton, petits moteurs…).

Zimoun

329 prepared dc-motors, cotton balls, toluene tank

Diffusion vidéo

Du 13 au 24 mai 2014

329 prepared dc-motors, cotton balls, toluene tank / 2013
+ Making-of de Florian Buerki / 7’26 / 2013

Artificiel

Condemned_bulbes

Du 13 au 24 mai 2014

Condemned_bulbes est une installation sonore et visuelle constituée d’ampoules incandescantes de 1000 W.

Nicolas Maigret

DISNOVATION

Nicolas Maigret est un artiste actif dans les arts sonores et médiatiques depuis 2001. Son travail rend perceptible les caractéristiques internes des médias à travers leurs erreurs, dysfonctionnements, états limites ou seuils de rupture.

Yann Leguay

Quad Core

Défini comme « media saboteur » par le label Consumer Waste, Yann Leguay cherche à replier la réalité sur elle-même en utilisant des moyens simples sous la forme d’objets, d’éditions, d’installations et de performances qu’il réalise dans divers lieux et festivals internationaux.

Herman Kolgen

SEISMIK & AFTERSCHOCK

13 mai 2015

Artiste multidisciplinaire reconnu depuis vingt ans pour ses créations en arts médiatiques, Herman Kolgen vit et travaille à Montréal. Véritable sculpteur audiocinétique, il tire son matériau premier de la relation intime entre le son et l’image. Kolgen travaille à créer des objets qui prennent la forme d’installations, d’œuvres vidéos et filmiques, de performances et de sculptures sonores.

Arno Fabre

Cloche

Du 28 avril au 16 mai 2015

Une cloche à volée tournante, portée par un beffroi en bois, est actionnée par un moteur. Elle pivote lentement sur son axe. Très lentement. Le mouvement est à peine perceptible. La voilà «tête en bas», au point d’équilibre. Attente silencieuse. Temps suspendu. Soudain la cloche vacille, entraînée par tout son poids, elle chute, balance librement et sonne puissamment. Le son rayonne, projeté par le balancement de la cloche. Les harmoniques se développent, la résonance profonde semble infinie. Petit à petit, le mouvement ralentit, l’amplitude se réduit. La cloche retourne lentement au silence, au repos, à l’immobilité. Le moteur continue de tourner. Un nouveau cycle se prépare.

Cécile Beau & Nicolas Montgermont

CONTINUUM#2

Du 28 avril au 16 mai 2015 du mercredi au dimanche de 15h à 19h y compris les jours fériés

Depuis 2012, Cécile Beau et Nicolas Montgermont collaborent à la création d’installations rendant sensible les propriétés physiques de notre environnement.

Nicolas Tourte

Lupanar

Du 28 avril au 16 mai 2015

Avant qu’il ne s’agisse d’un tracé dans le sillage duquel l’eau s’écoule et embrasse l’espace, j’ai d’abord imaginé des poussières portées par des turbulences d’air chaud vers les hauteurs du volume. Plus humides à l’approche du plafond, elles stagnent un moment sans le toucher puis trouvent le flux descendant en cherchant à maintenir leur état de lévitation jusqu’à reprendre leur ascension.

Aernoudt Jacobs

induction serie 4.1

Du 28 avril au 16 mai 2015

Le travail d’Aernoudt Jacobs est phénoménologique et empirique. Il trouve son origine dans une recherche acoustique et technologique qui étudie comment les sons peuvent déclencher des processus acoustiques affectant notre champ de perception. Ses installations se concentrent sur un point : comment traduire la complexité et la stratification de notre environnement immédiat en une forme qui peut être véritablement expérimentée ?

Julien Poidevin

CITY SCORE & LIGNES SONORES

Du 28 avrilau 16 mai 2015

Julien Poidevin est issu de l’École Supérieure d’Arts Plastiques et Visuels de Mons, artiste intermedia, il travaille sur des dispositifs qui interrogent notre rapport au corps et au territoire en faisant appel à différents modes d’expressions. Ses créations explorent et questionnent notre rapport à l’espace et à la perception.

Heewon Lee

Infinity II

Du 28 avril au 16 mai 2015

Née en 1978 à Kyung Ki-Do en Corée du Sud, Heewon Lee vit et travaille à Paris. Jean-Christophe Bailly dans l’ouvrage collectif Paysages variations (2014) écrit dans son texte Écriture de la lumière « L’image que l’on voit dans (ce) film ne correspond pas à quelque chose dont on pourrait faire l’expérience en vrai, une telle lenteur n’existant pas pour notre perception.

Martin Messier

Sewing Machine Orchestra

Du 28 avril au 16 mai 2015 sauf jours fériés

L’installation Sewing Machine Orchestra invite le spectateur à observer de près la chorégraphie de douze machines à coudre orchestrée par ordinateur à l’aide de micro-contacts.

Franck Vigroux & Antoine Schmitt

CROIX

test

Mardi 8 avril 2015

Son : Franck Vigroux
Visual : Antoine Schmitt

Croix est une performance audiovisuelle de Franck Vigroux et Antoine Schmitt.

Yro

EILE

13 mai 2014

Eile est une performance live cinéma dans laquelle Yro (Elie Blanchard) fabriquent en direct le son et l’image à l’aide d’une caméra, de microphone, de papier, billes, coton, lumière, plastique… En filmant les matières par une caméra en banc-titre, il assemble les boucles filmées pour créer un cinéma abstrait et entêtant. On assiste au processus de fabrication des images et les objets manipulés devant la caméra prennent une nouvelle dimension narrative.

Claire Williams

Atelier Textiles

© claire williams

Du 11 au 13 mai 2016

Claire Williams travaille sur des projets de recherche personnelle et des collaborations avec d’autres artistes, bidouilleurs, hackers, bricoleurs, et associations locales. Elle gravite autour du textile open source, du logiciel libre et du hardware (les éléments matériels du numérique), détourne des machines à tricoter, et conçoit du textile électronique et des histoires sur des techniques textiles analogues.

VOID

One drop

© Void

Du 26 avril au samedi 14 mai 2016

Six parapluies en cascade. Une à une les gouttes d’eau glissent sur eux. Chaque rebond, capté et amplifié par des micro- contacts, émet un bruit de tonnerre sourd qui contraste avec la légèreté visuelle.

Takami Nakamoto & Sébastien Benoits

Reflections

© Arnaud Desprez

14 mai 2016

concert 45’

Six mètres de lumières (trente deux barres LED reposant sur des pieds de micro) sont animées par un dispositif mécanique et sonore sophistiqué. Il n’y a pas d’écran mais une explosion de lumières combinées avec de la musique électronique accompagnée d’une batterie.

Robert Henke

Dust

14 mai 2016

Dust explore des textures granuleuses et bruyantes et les mouvements extrêmement lents d’une matière sonore apparemment immobile, constituée d’une myriade de particules microscopiques. Les sources sont les vestiges de processus numériques, des bruits qui deviennent plus bruyants, ou des enregistrements tel le son d’une vague sur une plage d’Australie, un orage énorme, la vapeur d’une machine à café, les craquements d’un vieil enregistrement… Les transformations sonores créent un flux de sons denses et entremêlés, remixés et diffusés dans l’espace, remplissant lentement la salle, parfois à peine audibles, parfois très forts, recouvrant tout le spectre sonore du plus bas à l’ultra-son. Dust est basé sur une écriture d’algorithmes spécifiques pouvant prendre de multiples formes. Dust a été composé en 2011 pour une performance au ZKM Media Theater de Karlsruhe.

Institut Nomade

Rhizomes

performance sonore 60’

Rhizomes est un projet radiophonique mensuel d’institut nomade, diffusé sur Radio 666. Le principe repose sur la construction d’un paysage sonore, composé et mixé en direct, en compagnie de contributeurs, de lecteurs, et d’invités dont les voix, les désirs et les questions fondent la trame de cette composition collective.

Mark Lewis

Programme de vidéos 75’

2 mai 2016

Mark Lewis est un artiste canadien qui vit et travaille à Londres. Ses films et ses travaux d’images numériques animées sont souvent basés sur la représentation d’éléments du quotidien. Ils sont construits en utilisant le vocabulaire et les techniques cinématographiques qui offrent de subtiles allusions à une tradition du cinéma, de la photographie et de la peinture.

Frédéric Le Junter

Masses

© thierry laroche

3 mai 2016

Performance sonore 60’

Une performance-installation sur trois tables pleines d’instruments amplifiés et de machines de petites dimensions «faites main». Des choses sont laissées au hasard : les machines génèrent des formes d’hésitation sur les instruments qu’ il organise aussitôt par le mixage ; les masses sonores évoluent sans cesse par les manipulations qu’il effectue ; le public circule, tourne autour des tables où le son est fait en direct.

Amélie Ravalec & Travis Collins

Industrial soundtrack for the urban decay

Diffusion vidéo

© darren guy

3 mai 2016

documentaire 52’

Industrial Soundtrack For The Urban Decay est le premier documentaire à retracer les origines de la musique industrielle, nous faisant passer des villes industrielles européennes déliquescentes aux prospères avant-gardes américaines. La musique industrielle émerge au milieu des années 70 et produit la bande son idéale et provocante de l’époque, celle des manifestations et piquets de grève dans une ère de crise industrielle, de déclin économique et d’oppression culturelle.

Cie Le Clair Obscur

Gøl4m

vendredi 29 avril 2016, 20h et samedi 30 avril 2016, 20h

GøL4M performance /danse/arts numériques 50′

GøL4M pourrait être une forme anthropomorphique vectorisée par ordinateur qui prend vie… Il emprunte à la science-fiction ce prototype, projetant au présent du danseur un état d’être synthétique…

Figure 8

Mix

Figure 8 fait partie du collectif caennais La Vitrine regroupant musiciens, plasticiens et DJs qui organisent de nombreuses soirées à la programmation électronique lêchée.

Rotraut Pape

Die Mauer

© rotraut pape

Vendredi 13 mai 2016 / 19h

Depuis la chute du mur de Berlin et jusqu’en 2014 l’artiste et réalisatrice Rotraut Pape, a procédé au même rituel : filmer son trajet quotidien le long de ce qui a été le mur. Elle fixe ainsi la mémoire d’une histoire et d’une ville qui depuis 1989 a profondément muté.

GLASS

Prussian Blue

© anto

mardi 26 avril 2016

Entre l’énergie physique de la techno et le pouvoir suggestif de l’ambient, Glass trace un itinéraire personnel dans le paysage électronique français. Sur son premier album, le duo construit un cocon mélodique apaisant et protecteur.

Cod-act

Nyloïd

© cod act

26 avril 2016

Nycloïd est une impressionnante sculpture sonore, un tripode géant animé par un dispositif mécanique et sonore sophistiqué. Les artistes l’animent par une chorégraphie hypnotisante dont l’épaisseur dramaturgique se dégage, de façon délicieusement paradoxale, d’une cinétique parfaitement aléatoire.

Herman Kolgen

ISOTOPP

© herman kolgen

ISOTOPP est une collaboration entre l’artiste canadien Herman Kolgen, le Dôme, le Grand Accélérateur National d’Ions Lourds (GANIL), le Cargö produite par la Station Mir avec le soutien de la fondation Mécènes Caen Normandie, So Numérique, l’école supérieure des arts & médias de Caen/Cherbourg et le Conseil des arts et des lettres du Québec.

Jeroen Vandesande

Circuit 03

Circuit 03 peut être considéré comme un instrument de musique créé par Jeroen Vandesande. Il est le fruit d’une interaction et d’une mise en abyme entre un micro et une enceinte, qui au contact de l’un et de l’autre produisent une boucle sonore sans fin qui se propage à travers de long tubes en verres.

Christoph de Boeck

Cell

© christoph de boeck

Du 27 avril 2016 au 16 mai 2016

Cell est un instrument autonome à la forme imposante, un cylindre ouvert et dimensionné pour qu’une personne puisse y entrer et à travers lequel se matérialise des vagues de sons basse fréquence enregistrés in situ. l offre un espace d’écoute privée et agit comme un point de contact entre l’auditeur et l’architecture.

Julien Poidevin

Géosonic MIx Normandie impressionniste

Caen - portrait de ville

© Julien Poidevin

Online

Géosonic Mix Normandie Impressionniste propose un portrait de ville sonore. Une architecture invisible faite de zones d’écoute se superpose à la topologie du site, des sons se déclenchent lors du parcours en fonction de la localisation du marcheur équipé d’un smartphone et d’un casque lui permettant de générer sa propre composition sonore urbaine.