Herman Kolgen

SEISMIK & AFTERSCHOCK

13 mai 2015

Artiste multidisciplinaire reconnu depuis vingt ans pour ses créations en arts médiatiques, Herman Kolgen vit et travaille à Montréal. Véritable sculpteur audiocinétique, il tire son matériau premier de la relation intime entre le son et l’image. Kolgen travaille à créer des objets qui prennent la forme d’installations, d’œuvres vidéos et filmiques, de performances et de sculptures sonores.En exploration constante, il travaille à la croisée de différents médias, élaborant ainsi un nouveau langage technique et une esthétique singulière. L’impact du territoire sur les humains est au centre même de ses préoccupations. Les tensions brutes qui en résultent de même que l’interaction des éléments entre eux constituent l’épicentre de sa démarche. Son travail protéiforme est, entre autre, caractérisé par une approche radiographique. C’est l’effet rayon-X, dans sa qualité d’immatérialité, qui permet alors de donner à voir l’invisible.

Combinée, associée au numérique et à l’électronique à travers un travail d’une extrême sensibilité, son approche est alors détournée vers des formes hybrides. Sa pratique de l’installation intègre également un important travail de spatialisation, notamment au niveau sonore. La conception et l’utilisation de systèmes aléatoires d’auto-génération du son et de l’image permet ainsi de créer des espaces sonores particularisés par leur qualité immersive.

SEISMIK & AFTERSCHOCK

Avec Seismik, Herman Kolgen, sonde de nouveau la notion de tension sous-jacente à ses précédentes créations audio-scéniques, telles Train Fragments, The Dust ou Inject (ces deux dernières ayant été jouées pour l’édition 2012 du festival) et revisite l’influence du territoire sur l’humain, tant sur le plan physique qu’émotionnel. Il nous invite, ici, au cœur d’une plongée sensorielle où frictions sédimentaires, ondes magnétiques, grondements de la matière, abstractions et motifs s’entrechoquent sur fond de dislocation visuelle et sonore. Mais là, ne s’arrête pas l’exploration. Relais internet, lectures de fréquences terrestres et sismiques, connexions en temps réel en divers points et villes du globe, viennent influencer et enrichir de manière aléatoire le déroulement de cette nouvelle performance audiovisuelle.

La prolifération des déchets nucléaires est véritablement ahurissante. La production humaine de ces déchets est incroyablement nocive et ce pour des centaines de milliers d’années. Nous devons imaginer que l’impact de nos activités nous emporte dans un futur non-humain.

Aftershock est une performance inspirée des conséquences de plusieurs chocs topologiques massifs. Explorant le réalisme ambiguë des paysages post-humains, Herman Kolgen crée des simulations virtuelles et les convertit à grande échelle en images cinématographiques, nous confrontant ainsi à l’esthétique nucléaire du sublime et la radioactivité divine.

Durant la performance, des sédimentations accentuent ces cartographies de la catastrophe. Kolgen développe également un procédé argentique numérique qui confère à son travail une esthétique post-séisme. Sur scène, il peut se produire en solo ou avec des musiciens invités suivant une une partition graphique.

Lien

www.kolgen.net/

Lieu

ésam Caen/Cherbourg, Caen